Indic : Laurent Bourrelly au coeur du cocon sémantique
Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0

On déjeunait au coin de la 6e dans un restaurant Hispano-Français nommé Andorre. « On » c’était moi et un type qui se faisait appeler SEO Rockstar aka Laurent Bourrelly. Il avait des informations à me communiquer pour étoffer mon dossier contre Google. On discuta de tout et de rien. Le repas était un prétexte pour qu’il puisse me glisser un paquet sous la table. De retour au bureau, je sortis mon colis, dessus était inscrit : Cocon Sémantique….

L’homme, Laurent B.

Laurent bourrelly : formation cocon sémantiqueLaurent B. m’avait été recommandé par un ami d’un ami (comme d’hab’). Il faisait partie des barons du SEO français. Laurent avait bâti sa fortune durant les années folles d’Adsense, de l’affiliation et autres orgies auxquelles se livraient les pionniers du net. Il était également dans le navire des 30 glorieuses du Web lorsque les communiqués de presse étaient la fer de lance. Aujourd’hui, il contrôlait la 26e Avenue grâce son blog éponyme dont les fidèles venaient chercher leur dose à coup de podcasts SEO, une première dans le domaine. Mais voilà, le mec avait tellement trempé dans les sauteries de liens en tout genre qui lui fallait montrer patte blanche à présent s’il ne voulait pas se faire coffrer. Il avait pris un job de consultant SEO comme couverture et pour se racheter une conduite il décida de vendre la mèche en balançant un de ses bébés, le fameux cocon sémantique.

Du siloing au cocon sémantique

Dans le domaine du SEO, les mots, les champs lexicaux et l’univers d’un thème en général sont essentiels pour faire bonne figure auprès de Google. Imaginez-vous proprio d’un resto,vous recevez la visite d’un larbin du G’, un bot. Il vient faire dînette chez vous pendant une semaine. Tous les jours vous lui servez en entrée, en plat de résistance et en dessert des plats venus de différents pays. (ex : lundi = entrée : kimchee, plat coréen épicé – menu : spaghettis bolognaise à l’italienne – dessert : mangue du Brésil). Qu’est-ce que ce mouchard de robot va cafter en rentrant chez Papa ? J’ai mangé dans un restaurant…dans un restaurant… dans un restaurant… Le bug !

L’idée soulevée par un certain Bruce Klay était donc de créer des compartiments dans votre restaurant, ce qu’il nomma silo. Vous pourriez par exemple définir un type de cuisine par jour. Ainsi le premier jour, on saura qu’on mange français, le mardi grec etc. Le bot comprendra donc que vous êtes gérant d’un restaurant de cuisine du monde avec des spécialités journalières. En s’inspirant de ce principe (et d’autres) Laurent Bourrelly créa alors un concept qui va au-delà du siloing. Il s’agissait de construire un cocon qui évoluerait dans un univers, qu’on nommera corpus, où chaque maillon de la chaîne serait relié d’une manière bien précise pour booster la planète-mère. Alors comment s’y était-il pris ?

Le contenu du colis

En vérité, je ne le dévoilerai pas, le contenu de l’enveloppe restant à ce jour classé secret-défense. Je vais néanmoins vous livrer quelques éléments de sa composition. Tout d’abord, l’enveloppe contenait neuf enregistrements ainsi qu’une carte aux trésors. Voici quelques extraits :

  • Enregistrement 1 : la recherche de mots-clés : idéal pour compléter ses outils de recherche et aborder cette étape avec un autre état d’esprit, celui du visiteur.
  • Enregistrement 3 : Comment répertorier ses mots-clés de façon logique pour bâtir son cocon
  • Enregistrement 5 : la technique du cocon sémantique

Conclusion du rapport

Suis-je devenu le maître du monde ? Ai-je fini par quitter mon job de flic pour aller dominer les SERP ? Vous le serez dans les prochaines épisodes. Néanmoins, en me refilant son bébé, Laurent B. m’avait prévenu : il n’existe pas de raccourci et de secret SEO. Ce bébé doit être materné, pouponné, travaillé. Il faudra se lever à 5h du mat’ pour lui donner du lait (très) enrichi de contenu. Mais au final petit nourrisson devrait devenir un bel enfant.

Je commençais à comprendre. Ce genre d’enregistrement m’avait appris à revoir ma manière de penser un site, on revenait aux fondamentaux du marketing, le client. Les tests étaient en cours et je me languissais d’avoir les résultats du labo dans les 6 prochains mois. Comme le rappelait souvent Laurent Duchovny Bourrelly : La vérité est à l’écran !

CONFIDENTIEL : Le contenu de l’enveloppe est en vérité accessible ici A ne pas mettre entre de mauvaises mains…
 

Piste pour poursuivre votre enquête :

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn0Pin on Pinterest0